Le Sepak Takraw un sport national méconnu…

C’est en feuilletant le journal « mon quotidien » que j’ai découvert ce sport passionnant. J’ai eu envie de vous en parler ici.

Ce sport, quasi-inconnu en Europe est pourtant le sport national Thaïlandais. Il est très populaire en Indonésie, en Malaisie et au Laos. En France seules deux cent personnes se voient régulièrement pour s’entraîner.

 Avant tout, savez-vous que « Sepak » veut dire donner un coup de pied en malais-indonésien et que « Takraw » veut dire balle tressée en thaï ? Sepak Takraw veut donc dire donner un coup de pied dans la balle.

  A l’origine, ce sport se jouait en cercle de cinq ou de six joueurs et le but était de garder le plus longtemps possible la balle en l’air, ce qui s’appelait le « Sepak Raga ». Puis deux camp distincts se sont formés et cela a permis de compter les points et de s’affronter lors de matchs. Enfin vers le XIXᵉ̀ᵐᵉ siècle le filet est apparu et a délimité le terrain en deux parties égales.

 Les règles du jeu

 A la base ce sport se joue avec une balle de 15 cm de diamètre fabriquée traditionnellement en rotin tressé, (souvent de nos jours en matière synthétique) qui pèse 200 g. Il y a deux équipes composées de trois joueurs aux fonctions différentes : le « Tekong », le serveur, le « Apit kiri », joueur sur la gauche et le « Apitkanan », joueur sur la droite. Les joueurs sont séparés par un filet de 1,55 m de haut et évoluent sur un terrain de 13,40 m sur 6,10 m. Ils s’affrontent dans ce jeu acrobatique où ils n’ont pas le droit de toucher la balle à part avec les pieds et exceptionnellement les genoux, les épaules ou la tête. Les joueur ont le droit de toucher trois fois la balle au maximum avant de la renvoyer dans le terrain adverse sans qu’elle ne le touche.

Un match, qui n’est pas limité dans le temps, se joue en deux sets. Chaque set se joue en 21 points, mais s’il y a 20 à 20, il faut avoir deux points d’écart pour gagner, mais sans dépasser 25 points. Une troisième manche est jouée s’il y a égalité. La blessure n’est pas admise dans ce jeu, les équipe ont le droit de faire un changement de joueurs lors d’un match.

 La place dans la culture du Sepak Takraw

 Dans les petits villages d’Asie du Sud-Est, les compétitions ne sont pas prioritaires mais s’il y en a toujours, ce n’est pas pour gagner que les villageois y participent mais pour jouer collectivement et pour le plaisir d’être ensemble. Tous les joueurs ont besoin les uns des autres sans quoi il ne peuvent ni avancer ni gagner. Ce jeu doit se jouer dans un esprit d’entraide, de convivialité avec une bonne dose de solidarité.

 Ce jeu est impressionnant, ça je vous l’accorde mais c’est surtout un moyen d’entretenir l’esprit de communauté.

 Antonin Mollat du Jourdin

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*