Une Révolution douce en Arménie : pourquoi sortir les poings ?

Et si je vous disais que l’on peut faire une révolution sans couper la tête du roi et sans faire aucun mort, vous ne me croiriez pas ?

Eh bien je vais vous montrer à travers l’exemple d’un pays, l’Arménie que c’est possible.

L’Arménie est un pays du Caucase qui a une longue histoire, faisant partie des pays les plus anciens. Il se situe entre la Turquie, la Géorgie, l’Iran et l’Azerbaïdjan.  Caractérisé par ses chaînes de montagnes qui culminent jusqu’à 5 160 mètres, près de 90% du pays se trouve à 1000m d’altitude.

Il est le premier pays chrétien dans le monde puisqu’il a été le premier pays à accepter le christianisme en tant que religion nationale.

L’Arménie a connu une période effroyable entre 1915 et 1916. Un vrai génocide a été perpétré contre les Arméniens. Les Turcs auront tué plus de 1 500 000 d’Arméniens, femmes et enfants compris. Ils auraient tué les Arméniens pour des raisons de trahison lors de la 1ère guerre mondiale (car l’Arménie était du côté des alliés avec l

a France, Russie… contre la Turquie et les Allemands….). Mais aussi par xénophobie : « l’empire Ottoman n’admet pas la diversité culturelle de l’empire et planifie l’extermination de la race arménienne ». Dans la nuit du 24 avril 1915 à Constantinople et dans différentes villes, des milliers d’arméniens sont arrêtés, déportés et anéantis. Nombreux sont retenus dans des camps de concentration.

Mais l’Arménie s’est relevée et a continué à se développer.

Qu’est-ce qu’une « Révolution » ?  :

« Une révolution est un renversement brusque d’un régime politique par la FORCE » oui en effet par la force ! Mais en sommes-nous si sûrs?

Les révolutions sont en générale violentes, mais l’Arménie a pu mener une révolution douce, dite de velours en 2018.

Cette révolution de velours démarre en mars 2018 et se termine en mai 2018 pour des raisons politiques. Le mouvement appelé « l’Arménie sans Serge »  a mené, le 23 avril, à la démission de Serge Sarkissian, au pouvoir depuis 2007. Cette révolution a provoqué l’élection de Nikol Pachinian au poste de Premier ministre le 8 mai 2018, après l’échec d’une première tentative le 1er mai. Cette révolution a provoqué l’intensification du mouvement, à travers des blocus et une grève générale multisecto

rielle.

Une manifestation est organisée pour protester contre le maintien du pouvoir de Serge Sarkissian. Elu Ministre en 2007-2008 puis Président de la République de 2008 à 2018 (deux mandats), il est en effet élu de nouveau premier ministre par les députés  le 17 avril 2018 à l’issue des législatives. Les manifestants avaient aussi pour slogan « Serge dégage ». Un certain Armenak Dlovatyan a dit « Il y avait environ 100 000 personnes manifestant mais aucune voiture, aucune agressivité et aucun magasin n’a été pris pour cible, tout était fait dans le respect et personne ne se comportait en sauvage ». Nikol Pachinian est arrêté le 22 avril 2018, en même temps que plusieurs centaines de manifestants. Sarkissian présente finalement sa démission le 23 avril 2018. Il déclarera: « Nikol Pachinian avait raison. Et moi, je me suis trompé » Nikol Pachinian est libéré dans la foulée. Mais la démission ne suffit pas, la population veut changer tout le système politique.

En conclusion Nikol Pachinian soutenu par la population arménienne a renversé Serge Sarkissian du pouvoir démocratiquement, taxant ce dernier de « dictateur ». Aujourd’hui  Nikol Pachinian est premier ministre, il détient les pouvoirs et Armen Sarkissian est réélu Président mais il n’a qu’une fonction honorifique, le régime étant parlementaire. La nomination de Pachinian comme premier ministre par l’assemblée est le fruit de cette révolution de velours. Les urnes ont pu mettre de côté le « Poutine arménien »….

David Ghazarian

2 Comments

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*